Stratégie agricole : Plan Maroc Vert

I- Conception et approche :


En exécution des hautes directives de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, le département de l’Agriculture s’est investi dans la formulation d’une nouvelle stratégie de développement agricole qui a été lancée en 2008, elle vise à :

  • Imprimer au secteur agricole une dynamique d'évolution harmonieuse, équilibrée et évolutive qui tienne compte de ses spécificités ;
  • Exploiter les marges de progrès et valoriser au mieux les potentialités ;
  • Faire face aux nouveaux enjeux tout en préservant les équilibres sociaux et économiques ;
  • Accompagner la profonde mutation que connaît le système agro-alimentaire mondial.

La stratégie est articulée autour d’une approche globale qui couvre l’ensemble des acteurs selon leurs objectifs propres. Elle repose d’ailleurs sur deux piliers majeurs : l’agriculture moderne et solidaire. L’objectif, concernant l’agriculture moderne, est de développer une agriculture performante, adaptée aux règles du marché, grâce à une nouvelle vague d’investissements privés, organisés autour de nouveaux modèles d’agrégation équitables. Quant à l’agriculture solidaire, l’objectif est de développer une approche orientée vers la lutte contre la pauvreté, en augmentant de manière significative le revenu agricole des exploitants les plus fragiles, notamment dans les zones périphériques. Parmi les impacts attendus de cette stratégie, on citera :

  • Un impact considérable sur la croissance, la mise à niveau et l’augmentation du revenu agricole comme moteur de lutte contre la pauvreté rurale, justifiant ainsi la mise en œuvre d’importants moyens financiers, institutionnels et managériaux ;
  • Une amélioration notoire du PIB Agricole, des exportations et des Investissements privés ;
  • Une lutte contre la pauvreté plus efficace et à plus grande échelle – à la fois dans les campagnes, mais aussi dans le périurbain défavorisé ;
  • Une nette amélioration du pouvoir d’achat et du rapport qualité/prix pour le consommateur marocain sur le marché national ;
  • Rééquilibrer sur le long terme le déficit de la balance alimentaire et sécuriser au maximum les échanges.

II- Fondements de la Stratégie Plan Maroc Vert :


Six idées centrales ont servi de base de réflexion pour l’élaboration du « Plan Maroc Vert » et la stratégie de relance de l’agriculture marocaine.


1- L’agriculture, moteur de croissance :

L’agriculture est le principal moteur de croissance de l’économie nationale sur les 10 à 15 prochaines années, avec des impacts colossaux en termes de croissance du PIB, de création d’emplois, d’exportation et de lutte contre la pauvreté.


2- Une stratégie pour tous :

La nouvelle stratégie agricole rompt avec le paradigme traditionnel opposant un secteur moderne à un autre dit social. Elle s’adresse à l’ensemble des acteurs dans leur diversité et leurs contraintes socio économiques propres ; elle s’appuie pour cela sur des moyens adaptés à chaque catégorie, les plus performants comme les plus fragiles.


3- Réorganisation du tissu productif :

Le Maroc est aujourd’hui décidé à favoriser des modèles d’agrégation innovants, en suivant des exemples qui ont fait leurs preuves à l’international et au Maroc. La régénération du tissu productif étant à la base de toute réforme du secteur.


4- Encouragement de l’investissement :

Il est vital de déclencher une nouvelle vague d’investissement massive (10Md DH/an), autour de nouveaux investisseurs nationaux et internationaux entrant dans le secteur, avec des investissements créés autour de projets d’agrégations gagnant-gagnant, grâce à une Offre Maroc spécifique et adaptée.


5- Des partenariats gagnants :

Dans cette perspective, une approche « transactionnelle » doit être utilisée, autour de la mise en œuvre concrète, sur le terrain, de 1.000 à 1.500 projets définis sur la base d’un modèle économique ciblé avec un renforcement du partenariat public-privé des terres SODEA SOGETA.


6- Toutes les filières sont concernées :

Tout cela doit être fait en gardant en tête qu’aucune filière n’est condamnée au Maroc. Toutes les filières peuvent et doivent réussir. Il s’agit de donner aux acteurs le maximum de chances de réussir cette mutation.


III- Les deux piliers de la Stratégie Plan Maroc Vert :



1- Pilier I : Une agriculture moderne à forte valeur ajoutée :

L’objectif du Pilier I du Plan Maroc vert est le développement accéléré de l’agriculture à forte valeur ajoutée et à forte productivité. Cela passe par la création volontariste de pôles de développement agricoles et agroalimentaires à forte valeur ajoutée, répondant pleinement aux exigences du marché. Ce développement pourrait également être atteint à travers le déclenchement d’une nouvelle vague d’investissement massif autour de nouveaux acteurs à forte capacité managériale, rationalisation des structures de l’industrie et mutualisation des moyens autours de GIE privés et de groupements interprofessionnels. A terme, le pilier I devrait concerner 400.000 exploitants, générer 150 Md de dirhams d’investissements autour de 900 projets. Parmi les outils stratégiques retenus pour la mise en œuvre de la stratégie, nous citerons les nouveaux modèle stratégique d’agrégation sur la base de :

  • Contrats dont les conditions seront définis en amont, par filière et par périmètre d’agrégation ;
  • Cadre incitatif innovant (subventions ciblées, fiscalité aménagée, subventions des formations) ;
  • Accès préférentiel au Foncier ;
  • Accès préférentiel au financement (agrégateurs et agrégés) ;
  • Accès privilégié aux avantages de l’interprofessionnel (export et logistique, branding et gestion de la qualité, agrotech et recherche développement).

2- Pilier II : L’agriculture solidaire :

Le Plan Maroc Vert prévoit, dans le cadre de son Pilier II, un accompagnement solidaire de la petite agriculture avec comme principaux objectifs :

  • La modernisation solidaire de la petite agriculture afin de lutter contre la pauvreté
  • L’intégration de ces axes dans une stratégie de développement rural intégré et de développement de sources alternatives de revenu.
  • Entre 600.000 et 800.000 exploitants sont concernés par cette stratégie. Les investissements prévus sont estimés entre 15 et Md de dirhams. Trois millions de ruraux devraient voir leurs conditions de vie améliorées.
  • Parmi les outils stratégiques retenus pour la mise en œuvre de la stratégie, nous citerons :
  • L’amélioration de la productivité et de la valorisation à travers des actions d’encadrement (formation / vulgarisation) et de développement rural ;
  • L’appui à la reconversion vers des secteurs porteurs ;
  • Mise en gestion déléguée des fonctions d’animation/encadrement des petits exploitants ;
  • Le développement d’outils d’agrégation sociale ;
  • Une structure d’appui aux projets de reconversion (50-70 projets pour une population cible de 30 à 40 000 exploitants), d’intensification (100-150 projets soit 1.2 millions de ruraux) et aux projets de diversification (100 -150 projets pour 300 000 exploitants) ;
  • La mise en œuvre des innovations institutionnelles qui s’imposent pour affronter les défis de l’eau.

IV- Déclinaison régionale du Plan Maroc Vert :


Le Plan Maroc Vert est décliné en 12 programmes agricoles régionaux (PAR) qui constituent une feuille de route pour le développement régional, ils prennent en compte les spécificités et les potentialités agricoles de chaque région et visent une valorisation optimale et durables des ressources. On cite le :

  • 1. Plan Agricole de la région Dakhla-Oued Ed-Dahab ;
  • 2. Plan Agricole de la région Laâyoune-Sakia El Hamra ;
  • 3. Plan Agricole de la région Guelmim-Oued Noun ;
  • 4. Plan Agricole de la région Souss-Massa ;
  • 5. Plan Agricole de la région Drâa-Tafilalet ;
  • 6. Plan Agricole de la région Marrakech-Safi ;
  • 7. Plan Agricole de la région Casablanca-Settat ;
  • 8. Plan Agricole de la région Béni Mellal-Khénifra ;
  • 9. Plan Agricole de la région Rabat-Salé-Kénitra ;
  • 10. Plan Agricole de la région Fès-Meknès ;
  • 11. Plan Agricole de la région de l’Oriental et ;
  • 12. Plan Agricole de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma.